Une culture du machisme, qui n’apprend pas aux hommes à respecter les femmes et à identifier ce qui est ou n’est pas un viol, a de graves conséquences sur la sécurité des femmes. En général, lorsqu’elle évalue un crime, la société condamne inconditionnellement l’agresseur. Mais lorsqu’elle cherche à comprendre la raison pour laquelle un viol a eu lieu, la responsabilité est partagée : la victime doit avoir donné la raison, en portant des vêtements “inappropriés” et en marchant sans être accompagnée dans les rues la nuit. De cette manière, l’agresseur est protégé, les idées sexistes et préjugées sont corroborées et une punition extra-officielle est légitimée pour celles qui osent dire non à un homme.

Contexte et réalité

Un tel raisonnement est une conséquence de l’éducation misogyne que beaucoup ont reçue et à laquelle ils se sont liés toute leur vie. Une éducation qui place l’intimité sexuelle féminine sous le signe des plaisirs masculins. En conséquence, une société se développe qui ne sait pas comment identifier ce qui est, en fait, une violation. Beaucoup n’ont aucune idée que les rapports sexuels sans consentement ou les rapports forcés font partie de la définition de la violence sexuelle, selon la loi 12.015. “Lorsque le mot “viol” est remplacé par l’une de ces définitions, la plupart des gens ne considèrent pas l’acte comme un problème”, explique l’enseignante et écrivaine Lola Aronovich, rédactrice en chef du blog féministe le plus populaire du Brésil, “Write Lola Write”, depuis 2008.

“Une partie des hommes a appris qu’il ne faut pas prendre au sérieux le ‘non’ d’une femme et que lorsqu’elles disent cela, elles ne font que du ‘charme’, en essayant de se valoriser selon des concepts sociaux. Ils se sentent obligés de quitter cette situation par un “oui”, même si cela implique d’être forcé. Dans de nombreux cas, le violeur ne pense même pas avoir violé, et la victime elle-même met du temps à se convaincre qu’elle a subi un viol. Et il faut encore plus de temps pour se rendre compte que ce n’était pas sa faute”, explique M. Aronovich.

Culture machiste

Pour Jefferson Drezett, directeur et gynécologue du service de consultation externe sur la violence sexuelle de l’hôpital Pérola Byington, un centre de référence pour la santé des femmes à São Paulo, depuis plus de 23 ans, les hommes ont été élevés en comprenant que leur partenaire a pour rôle de satisfaire leurs désirs sexuels, même lorsqu’ils ne sont pas d’humeur. “Et ce n’est pas seulement au Brésil.

Dans une enquête réalisée en Afrique du Sud auprès de 1 400 jeunes d’ethnies et d’âges différents, 20 hommes ont avoué avoir déjà imposé une relation sexuelle à leur petite amie. Parmi ceux-ci, 5ont admis qu’ils avaient utilisé la force physique dans l’acte sexuel. Mais les révélations ne sont apparues que lorsque le terme “viol” a été remplacé par des mots plus doux, comme “sexe sans consentement ou forcé”.

Les femmes dénoncent de plus en plus

Il est clair qu’une culture qui n’apprend pas à ses hommes à respecter les femmes et à identifier ce qui est ou n’est pas un viol a de graves conséquences sur la liberté et la sécurité des femmes : 50 617 Brésiliennes ont été violées en 2012, selon les données du dernier annuaire brésilien de la sécurité publique. Le taux de viols a dépassé celui des homicides et atteint 26,1 occurrences pour 100 000 habitants. À São Paulo, le taux a augmenté de 23 % ; à Rio, de 24 %.

Les données sont inquiétantes, mais l’une des lectures possibles est optimiste : les femmes ont commencé à signaler davantage de cas. Contrairement aux homicides, pour lesquels l’enregistrement du décès par la police fait partie du processus naturel de l’affaire, le viol ne devient une “affaire” que lorsque la victime le signale. Selon le chef du commissariat Gislaine Doraide, du Service technique d’appui aux commissariats de police pour la défense des femmes, l’augmentation du nombre de cas enregistrés est le résultat d’une plus grande sensibilisation de la population par le biais de campagnes, de conférences dans les écoles, de centres communautaires et de la diffusion du numéro de téléphone 180 : “Nous avons constaté la préoccupation et l’engagement de plusieurs organes gouvernementaux des trois sphères de pouvoir, ainsi que de plusieurs secteurs non gouvernementaux ayant le même objectif de confrontation, soulignant la nécessité d’une orientation et l’importance de la communication des crimes de cette nature aux organes de police. La police ne peut être seule responsable de l’éradication du crime en question. Il faut un effort commun, en élargissant les campagnes de clarification”.

Statistiques et recherches

Même avec le taux de signalement le plus élevé, il y a encore beaucoup de personnes qui ne dénoncent pas leurs agresseurs. “Ils hésitent à demander de l’aide, généralement parce qu’ils ont peur, qu’ils ont honte. Beaucoup d’entre eux passent des années à être victimes d’abus sexuels jusqu’à ce qu’ils trouvent le courage de les dénoncer. Plus vite ils le signaleront à la police, plus vite le crime sera élucidé”, déclare M. Doraide. Selon M. Aronovich, une autre raison de ce silence est la méfiance à l’égard de la possibilité que l’accusation n’aboutisse à rien. ” Sans compter la crainte de subir une quelconque sanction lorsque l’agresseur est connu. Dans ces cas-là, il n’y a aucune compassion pour la femme.

Le Dr Drezett et son équipe s’occupent de 2 500 femmes battues chaque année. Le plus surprenant : 60 des victimes connaissent leurs agresseurs, qui sont généralement leurs propres partenaires. En dehors de l’hôpital Pérola Byington, les statistiques montrent également que la plupart des cas de violence sexuelle sont perpétrés par des connaissances des victimes. La recherche intitulée Sexual violence against women and impact on sexual and reproductive health, menée par Drezett, montre que la plupart des crimes contre les femmes adultes sont commis par des voisins des victimes (27,9 % des cas), suivis par d’autres connaissances (26,5 %), d’anciens partenaires (14,8 %), du partenaire actuel (10,4 %) et du père biologique (8,9 %).

Initiatives et lutte contre le machisme

Lola Aronovich reconnaît également ce fait. “Parmi les rapports qu’on reçoit, l’énorme majorité concerne des viols commis par une connaissance de la victime. Il s’agit souvent de femmes qui ont bu lors d’une soirée et qui se réveillent violées, victimes d’abus sexuels dans leur famille ou sur leur lieu de travail”.

Une autre donnée importante montre que les viols se produisent généralement dans des lieux qui font partie de la vie quotidienne de la victime. Dans 40 cas, l’acte a lieu sur le chemin du travail, dans 31% des cas, le crime a lieu près du domicile de la victime, dans 13,3 cas à l’intérieur du domicile de la victime et dans 12,1 cas dans des lieux de loisirs (fêtes ou boîtes de nuit).

Le Secrétariat de la sécurité publique de São Paulo a publié le nombre de viols ventilés par commissariat de police dans la capitale. De nombreux quartiers en ont enregistré plus de 20, certains plus de 50, et Jardim Herculano en a compté 62 pour le seul mois de septembre 2013 (voir la liste ci-dessous pour le nombre exact dans chaque quartier).

Le viol est l’une des conséquences les plus néfastes du machisme et pourtant, il n’est toujours pas traité avec la dimension qu’il devrait avoir. “Bien qu’il s’agisse d’une épidémie qui, dans la réalité ou au niveau de la menace, affecte directement la vie de pratiquement toutes les femmes, les hommes ne veulent pas réfléchir à ce sujet. Malheureusement, il faudra encore beaucoup de temps avant que les changements culturels ne se produisent réellement. On croit que de notre vivant, nous ne verrons pas la fin de l’oppression contre les femmes”, déclare M. Aronovich.