Dans cet article, nous examinerons l’importance de l’astrologie dans les mondes grec et romain.

Il faut dire que dans cette période historique, l’astrologie avait un rôle de grande importance, de sorte que les astrologues grecs et romains ont apporté des contributions très importantes au progrès de la pensée astrologique. Parmi les contributions les plus importantes, il faut souligner celle des pythagoriciens. Ils ont soutenu l’existence d’une relation intime entre les mathématiques et la musique.

Des relations étroites entre l’homme et l’univers

Introduite dans l’astrologie cette pensée, a servi à concilier le principe des contraires du philosophe Héraclite, avec une loi de mouvement cyclique et de correspondance entre microcosme et macrocosme.

Cette relation a également été réaffirmée par Platon, qui affirmait que “tout phénomène sur terre” est lié aux événements cosmiques et que le corps physique de l’homme est une reproduction des modèles célestes.

Platon soutenait qu’il existait des relations étroites entre l’homme et l’univers.

Avec Hipparque, l’astrologie grecque a trouvé son plus important représentant, qui est resté inoubliable pour la postérité pour ses principes essentiels de trigonométrie.

Hipparque a identifié le phénomène de la procession des équinoxes, l’ubiquité de l’écliptique, l’excentricité de l’orbite solaire et d’autres connaissances importantes.

Même Hippocrate, le célèbre médecin grec considéré comme l’un des pères de la médecine, croyait en l’astrologie au point d’affirmer que quiconque ignorait l’astrologie ne pouvait être un médecin valable.

Dans son œuvre la plus importante, il affirme qu’il est nécessaire de prêter beaucoup d’attention aux étoiles, notamment en ce qui concerne le lever de Sirius et le coucher des Pléiades, car à ces périodes, selon lui, de nombreuses maladies s’aggravent soudainement. En outre, Hippocrate était convaincu que les femmes pouvaient accoucher plus facilement lorsque la planète Vénus occupait une certaine position astrale.

Même Rome, qui, contrairement à la Grèce, était plus encline au pragmatisme qu’à la théorie, se laissait fasciner par l’astrologie.

Elle pénètre à Rome à l’époque des guerres puniques et bientôt les astrologues deviennent les conseillers les plus écoutés avant d’entreprendre quoi que ce soit.

En 139 avant J.-C., un décret de Cornelius expulse de Rome tous les astrologues accusés d’exploiter la bonne foi du peuple et de réaliser des gains illicites. Peu de temps après, ils reviennent à Rome. Origène, en controverse avec Aristote, a tenté de s’opposer à toute forme de déterminisme astrologique en affirmant que les astres ont seulement le pouvoir d’annoncer les événements futurs mais pas de déterminer le cours de ces événements. Nous voulons rappeler qu’Aristote avait affirmé que le monde matériel était nécessairement lié aux mouvements du monde céleste.

Le grand philosophe grec a également affirmé que toute puissance dans le monde matériel était régie par ces mouvements…

L’astrologie dans la profession médicale

Galien, le plus important médecin romain qui a influencé la médecine pendant au moins mille ans, croyait également en l’astrologie. Il a utilisé ses connaissances astrologiques dans l’exercice de sa profession médicale. Dans l’un de ses ouvrages les plus importants, Galien affirme que pour établir un diagnostic, il faut tenir compte de la situation des étoiles et des planètes de la saison de l’année et de la région dans laquelle se trouve le patient. Cependant, la figure la plus importante de l’astrologie de l’époque romaine est sans aucun doute Claudius Ptolemy qui a dicté certaines des règles essentielles de la pensée astrologique. Son œuvre principale est le premier traité systématique d’astrologie publié dans le monde occidental et connu dans le monde entier (ce traité a été écrit pendant plus de 1400 ans).

Ptolémée a également élaboré la théorie astronomique la plus célèbre du monde antique, fondée sur la croyance erronée que la Terre était située au centre de l’univers et que le soleil tournait autour de la Terre, et non l’inverse. Le système ptolémaïque a été considéré comme valide pendant de nombreux siècles, notamment parce qu’il semblait correspondre parfaitement à ce qui était écrit dans la Bible. Après avoir parlé de la pensée de Ptolémée, nous nous pencherons sur celle de Plotin : il croyait fermement qu’il existait une correspondance étroite entre la Terre et le Ciel, dont il faut tenir compte pour obtenir une compréhension profonde de l’existence humaine. Cependant, Plotin ne voit pas dans cette correspondance la justification du déterminisme astrologique, car pour le grand philosophe l’homme n’est pas l’esclave des forces mystérieuses des astres, car pour Plotin l’être humain est doté de facultés morales innées qui lui permettent de déterminer le cours de sa propre vie, s’opposant ainsi à la possibilité de devenir l’esclave des forces astrales. Selon Plotin, le langage des étoiles était une révélation de la sagesse divine et, pour cette raison, les hommes devaient apprendre à interpréter ce langage.

Ce n’est qu’en comprenant les messages provenant des étoiles que l’humanité pouvait se mettre en phase avec l’énergie divine présente dans l’univers. Plotin pensait que l’univers était né de l’Un dont nous ne pouvons rien savoir ni affirmer puisqu’il ne nous est permis d’en avoir qu’une pure intuition. Le monde dériverait de l’Un mais non par un processus de création mais par une émanation semblable à celle de la lumière qui se répand d’un corps lumineux sans rien lui enlever. Pour Plotin la matière est une forme de non-être tout comme l’obscurité n’est pas une réalité positive mais simplement une absence de voix. De nombreux empereurs romains ont également accordé une grande importance à l’astrologie. Par exemple, en 273, l’empereur Aurélien a construit un temple au Soleil, qu’il considérait comme le guide des planètes, ce qui avait une influence importante et durable sur la vie humaine. Le prestige de l’astrologie a connu un fort déclin et le christianisme a pris de l’importance à Rome, car le christianisme combattait l’astrologie, considérée comme un art diabolique. L’empereur Constantin a déclaré le christianisme “religio licita” et a interdit l’astrologie.

Les étoiles n’ont aucun pouvoir sur les hommes

N’oublions pas que Paul avait également condamné sévèrement l’astrologie dans la “Lettre aux Romains”. Dans cette œuvre, l’apôtre affirme de manière absolue la suprématie de Dieu, confirmant que les étoiles n’ont aucun pouvoir sur les hommes. Saint Augustin, à son tour, combat l’astrologie avec beaucoup d’élan et de violence. Cependant, la croyance dans le déterminisme astrologique était trop forte pour être complètement vaincue par le christianisme.

En fait, la croyance en l’astrologie était trop profondément enracinée pour être expulsée de la culture romaine. Elle était si forte qu’elle a réussi à se nicher dans les plis de la foi chrétienne. Pour illustrer la façon dont l’astrologie a réussi, du moins en partie, à résister aux assauts du christianisme, il convient de rappeler que l’empereur Constantin, qui avait banni les astrologues de Rome, a demandé à un astrologue d’établir l’horoscope de sa nouvelle capitale, Constantinople.

De plus, Constantin a provoqué l’indignation des chrétiens en faisant exécuter par des prêtres païens des sacrifices en l’honneur du Soleil à l’occasion de la fondation de Constantinople.

À vrai dire, lorsque Constantin a fondé Constantinople, il a ordonné l’exécution de rites propitiatoires païens et de cérémonies religieuses chrétiennes, car il voulait s’attirer les faveurs du Dieu chrétien et des dieux païens.

Il faut dire aussi que Constantin, tout au long de sa vie, était très enclin au syncrétisme religieux, pour toutes ces raisons il n’est pas surprenant qu’il ait gardé une attitude contradictoire envers l’astrologie, l’interdisant d’un côté alors que de l’autre il utilisait les conseils des astrologues dans des affaires très importantes comme la fondation de la nouvelle capitale de son empire.

Pour prouver que l’Église catholique primitive était préoccupée par la persistance de la croyance dans le pouvoir des étoiles, nous pouvons citer le fait que, vers le milieu du quatrième siècle, elle a déplacé la date de la naissance du Christ (de toute façon inconnue) au 25 décembre, qui, pour les païens, correspondait à la naissance du Dieu Soleil. Par ce choix, l’Église catholique voulait indiquer, d’une part, que le Christ était le “Soleil de justice” et, d’autre part, qu’il n’était plus nécessaire d’attribuer un quelconque pouvoir aux étoiles.

Nous concluons cet article en soulignant que pour l’église chrétienne primitive, admettre le pouvoir des étoiles sur les actions des hommes revenait à nier la puissance de Dieu.