L’huile de coco est apparue comme la substance la plus appréciée des femmes. Tout cela parce que des recherches ont montré qu’il avait le pouvoir de vous aider à perdre du poids. C’était une fièvre instantanée. Tout le monde s’est rendu dans les magasins de produits naturels pour acheter immédiatement le produit et a commencé à inclure l’huile de coco, dans ses repas. Mais l’huile de coco fait -elle vraiment perdre du poids ou n’est-ce qu’un mythe ?

En fait, une recherche de l’Université de Columbia, aux États-Unis, a montré que les personnes qui consomment de l’huile de coco perdent du poids plus facilement et perdent même sept fois plus de graisse, dans la région abdominale. Ce résultat positif s’explique par le fait que l’huile de noix de coco contient un type de graisse qui aide à générer de la chaleur dans le corps et à brûler plus de calories. D’autres avantages apportés par la substance seraient la diminution du mauvais cholestérol et des triglycérides, l’augmentation du bon cholestérol et le fait que l’huile de coco a une action anti-inflammatoire.

Par conséquent, la réponse à la question du titre est : oui, l’huile de coco est un minceur. Cependant, vous pouvez vérifier comment obtenir plus d’avantages de ce produit et obtenir un résultat plus efficace.

D’où vient l’huile de coco?

L’huile de coco nous arrive d’Asie, des îles du Pacifique, d’Afrique et d’Amérique centrale, là où la noix de coco pousse naturellement. Un cocotier produit de 50 à 150 fruits par an et il faut 11 à 12 mois pour que le fruit arrive à maturité.

Comment l’obtient-on?

L’huile est issue de la pression mécanique de la chair fraîche, ce qui explique qu’elle garde un petit goût subtil qui parfume les plats. On dit alors que c’est une huile de coco vierge. Il ne faut pas la confondre avec l’huile de coprah -ou copra-, qui est faite à partir de la chair séchée de la noix et qui subit un traitement bien différent: elle est blanchie à travers des filtres à carbone, raffinée -pour éliminer les bactéries et moisissures qui se sont formées lors du séchage dans des lieux où il fait humide et chaud- et enfin désodorisée. Comme cette huile est le plus souvent hydrogénée, sa teneur en acide gras trans la rend moins favorable pour l’organisme et le processus de raffinage, lui fait perdre ses nutriments. Elle est utilisée par l’industrie agro-alimentaire pour les pâtisseries industrielles, confiseries et fritures.

Quelle quantité doit-on ingérer par jour ?

Comme tout dans cette vie, trop d’huile de coco n’est pas bon pour vous. Le fait de consommer une grande quantité du produit ne signifie pas que vous perdrez du poids plus rapidement. Il est, donc, recommandé de prendre trois cuillères à soupe par jour. Cette quantité est suffisante pour réduire l’appétit et augmenter la combustion des calories.

Toutefois, il convient de noter certains problèmes. Par exemple, si vous suivez un régime qui restreint l’apport en graisses, vous devez commencer à consommer de l’huile de coco en plus petite quantité, en n’indiquant qu’une demi-cuillère à soupe par jour. Petit à petit, vous pouvez augmenter la quantité. Un autre point à prendre en considération est que l’huile de coco n’est pas un médicament, qui agit pendant une certaine période. Il faut, donc, consommer le produit tous les jours et ne pas l’oublier. Sinon, elle risque de ne pas avoir d’effet.

Comment consommer ?

Il n’y a pas de règle sur la façon de consommer l’huile de coco. Comme il s’agit d’un type de graisse, il peut remplacer l’huile utilisée pour la cuisson des aliments. Cependant, elle sert, également, à assaisonner les salades et peut être ajoutée aux plats à fort indice glucidique, car l’huile de coco contribue à réduire l’indice glycémique, de l’ensemble du repas. Pour ceux qui ne le savent pas, les glucides finissent par être transformés en glucose dans l’organisme ; par conséquent, ceux qui consomment beaucoup de glucides peuvent avoir des problèmes de glycémie.

Une autre option consiste à ingérer l’huile de coco pure. Le goût est assez agréable et il n’y a aucun problème à prendre une cuillère à soupe, avant les repas principaux.

Différences entre l’huile de noix de coco et l’huile de noix de coco vierge

Outre l’huile de noix de coco, il existe, également, de l’huile de noix de coco vierge. En fait, lorsqu’on évoque les bienfaits de l’huile de coco, on parle de l’huile de coco vierge et non raffinée. Le raffiné n’a aucun avantage pour l’organisme. Vous devez, donc, faire attention et vous assurer avant d’acheter l’huile de noix de coco. Des capsules d’huile de noix de coco vierge sont, également, vendues, mais aucune recherche ne prouve l’efficacité de ces capsules. Il est, donc, préférable de s’en tenir au liquide.

Les avantages de l’huile de noix de coco 

L’avantage le plus discuté de l’huile de noix de coco est son aide à la perte de poids. Cependant, d’autres avantages peuvent être obtenus par la consommation de ce produit, notamment la préservation de certaines maladies, l’amélioration de l’absorption des nutriments, ainsi que la prévention et la lutte contre les champignons et les parasites.

D’autres avantages sont la régulation de la fonction intestinale, la lutte contre la fibromyalgie et la fatigue chronique ainsi que le contrôle du diabète. Avec tous ces avantages, il n’y a aucune raison de ne pas consommer de l’huile de coco. Alors achetez le vôtre et profitez de toutes les bonnes choses que le produit offre.

Quels sont ses bienfaits?

Ce qui surprend avec l’huile de coco, c’est précisément que ses bienfaits sont dus à ce qu’on lui reproche! Les recommandations pour une alimentation saine avaient, autrefois, tendance à accuser les acides gras saturés d’être responsables de l’obésité et des maladies cardiovasculaires. L’huile de coco, malgré sa grande teneur en acides gras saturés, aurait au contraire un effet protecteur sur les artères et le cœur, notamment grâce à son processus de métabolisation. Le corps utilise immédiatement les réserves de gras, sans les stocker. Pas de risques de dépôts qui pourraient, à terme, boucher les artères.

En outre, certains avancent son utilité contre la maladie d’Alzheimer. Et ce, après la publication d’un livre d’une femme qui a accompagné son mari atteint de cette maladie. Après des recherches sur l’huile, on formule l’hypothèse suivante : comme le cerveau des malades d’Alzheimer n’est plus en mesure d’utiliser les sucres contenus dans le sang, les acides gras à chaîne moyenne de l’huile de noix de coco se comporteraient comme un substitut au glucose. Si elle a obtenu une stabilisation de l’état de santé de son époux, il est pour le moment impossible de généraliser ce cas unique en décrétant que l’huile de noix de coco est une panacée contre Alzheimer, tant les études sur les sujets manquent.

Enfin, l’usage traditionnel qui est fait de cette huile dans de nombreux pays -comme en Inde- prête à l’huile de noix de coco des vertus antibactériennes et antimicrobiennes. L’acide laurique en particulier, présent à 48 % dans l’huile de noix de coco, aurait une efficacité sur les poussées du virus de l’herpès.

Pourquoi est-elle la star de la cuisine santé?

Elle peut se cuire à haute température sans se dénaturer (contrairement aux huiles poly-insaturées, comme l’huile de lin ou de noix, qui sont très fragiles et qu’il ne faut pas faire cuire) et réhabilite, donc, la friture, ce qui est une nouvelle plutôt réjouissante.

Sa facilité d’absorption par les intestins puis d’utilisation par le foie en fait un produit de choix pour les gens souhaitant mettre en place un régime cétogène. Ce dernier vise à permettre au corps de produire lui-même son énergie sans dépendre d’apports extérieurs de glucose. Un mécanisme métabolique qui se produit naturellement lors d’un jeûne. Produire les mêmes effets, sans pour autant arrêter de manger: Voici un autre paradoxe qui fait le succès de cette huile.

L’huile de noix de coco est, aussi, un véritable atout pour les personnes vegan ou végétaliennes (alimentation sans produits et sous-produits animaux) car elle se substitue parfaitement au beurre. Il est ainsi possible de faire des pâtisseries ou des pâtes à tartes aussi facilement qu’en utilisant du beurre.

Un soin beauté efficace?

Comme l’huile d’avocat, l’huile de noix de coco peut migrer du placard de la cuisine à celui de la salle de bain. Pratique lorsque le pot de crème hydratante est vide, que l’on a plus sous la main son démaquillant (même pour le mascara waterproof), que l’on veut prendre soin de ses cheveux et hydrater ses ongles. L’huile de coco sent bon et nourrit la peau. Les vrais aficionados l’utilisent même pour faire du dentifrice ou des bains bouche car elle a la réputation de maintenir une belle dentition et de blanchir les dents.

Quels sont les risques?

Une consommation quotidienne raisonnable (de une à trois cuillères à soupe) n’entraîne aucun risque pour la santé lorsque l’huile est vierge, c’est-à-dire pas hydrogénée, et ne contient pas de sulfites (conservateurs). Les personnes allergiques aux noix n’ont pas d’inquiétudes à avoir car l’appellation est trompeuse. La noix de coco n’est pas une noix. Il est néanmoins possible que des allergies se déclenchent comme avec n’importe quel autre aliment.

Faut-il privilégier les huiles biologiques?

La culture de la noix de coco ne nécessite pas l’usage d’engrais et de pesticides. La principale maladie du cocotier -le jaunissement mortel- est combattue par un antibiotique qui agit à titre préventif, mais son usage n’est absolument pas généralisé: les plantations uniquement en Floride en bénéficient. Seul le mode d’extraction est susceptible d’en modifier la qualité. Préférez une huile de coco extraite par pression à froid qui conserve les graisses de bonne qualité.

Le mode de production des cocotiers semble durable, contrairement à sa cousine l’huile de palme qui défraie la chronique en étant la cause de déforestations massives. Le coût environnemental n’est, cependant, pas neutre, puisque, produit dans les îles, il faut bien faire voyager l’huile de noix de coco jusqu’aux régions non tropicales.